Toutes les Nouvelles – 19/05

Le conseil municipal de Méré contre l’implantation du Leclerc

Méré « Un Leclerc… pour quoi faire ? »

Ce projet d’implantation, situé à 400 m de la gare de Méré-Montfort, bien qu’il soit sur le territoire de la commune de Galluis, impacterait davantage les habitants de Méré. Le conseil municipal et certains habitants se prononcent contre dans un communiqué.

Lors de la foire à tout qui a eu lieu à Méré début avril, plus de 200 signatures ont été récoltées sur la pétition contre l'implantation d'un centre Leclerc le long de la RN 12. -
Lors de la foire à tout qui a eu lieu à Méré début avril, plus de 200 signatures ont été récoltées sur la pétition contre l’implantation d’un centre Leclerc le long de la RN 12. – 

« Un Leclerc pour quoi faire ? » C’est le mot d’ordre de la pétition mise en ligne par le collectif d’habitants de Galluis, l’association des commerçants de Montfort l’Amaury et les associations Jade et Agate pour manifester leur opposition au projet d’implantation d’un nouveau centre commercial sur la friche industrielle de la Sofrasem, située au bord de la RD912, à 400 mètres de la gare de Méré-Montfort l’Amaury, soit plus proche de Méré que de Galluis. Les agriculteurs céréaliers ont eux aussi manifesté lundi 4 avril et indiqué leur opposition à un centre commercial à proximité du silo de la coopérative Axéréal. Leur principale crainte : que l’éventuelle arrivée d’un nouveau centre commercial n’oblige la coopérative à de coûteux travaux de mise aux normes pour être compatible avec l’accueil du public à proximité, voire même à déménager.

À la fin du dernier conseil municipal de Méré, le 5 avril, au cours d’une discussion informelle, le public présent a constaté qu’aucun conseiller municipal n’a donné un avis favorable à ce projet. Ils étaient tous d’accord pour dire « oui » au démontage d’une friche industrielle et à un ou des projets locaux de petite surface ainsi que prévu dans la ZA de Méré, « oui » à la sauvegarde du magasin Casino, et « non » à la disparition de la coopérative.

Concernant les Méréens, lors de la foire à tout de Méré du dimanche 3 avril, des représentants du collectif d’habitants de Montfort l’Amaury & environs ainsi que du collectif d’habitants de Galluis étaient présents pour évoquer l’implantation de ce centre commercial à proximité immédiate des terrains agricoles de Méré. Plus de 200 signatures, récoltées lors de cette manifestation, s’ajoutent aux 6 600 signatures déjà enregistrées sur MesOpinions.com (mot-clé : Galluis) et aux 1 500 signatures papier rassemblées par les commerçants de Montfort-l’Amaury et de La Queue-lez-Yvelines. Les arguments des Méréens sont nombreux et sont partagés par nombre d’habitants des communes voisines à savoir :

– Une zone commerciale supplémentaire représente une menace pour les commerces de proximité des communes environnantes. Il y a déjà plusieurs enseignes dans un rayon de dix kilomètres : quelle serait l’utilité d’un nouveau centre commercial ?

– Une énième zone commerciale représente une menace pour notre environnement, mais certes à long terme. En effet le SDRIF (Schéma directeur de la région Ile-de-France) et le Schéma du PNR (Parc naturel régional de la Haute Vallée de Chevreuse) nous garantissent une sécurité pendant au moins 15 ans pour éviter l’implantation d’une zone commerciale plus vaste à l’instar de celle qui s’est étalée le long de la RN10 à Coignières. Pour reprendre les propos de François Moutot, directeur de l’Assemblée permanente des chambres de métiers et de l’artisanat (APCMA), c’est complètement incohérent car cela fait des années que l’État aide au maintien des commerces de proximité à grands coups de subventions.

– L’emploi est un faux argument. D’une part, renseignements pris, actuellement dans la ZA de Méré, il n’y a pratiquement aucun dirigeant ou salarié qui habite sur la commune de Méré. Par ailleurs les emplois éventuellement proposés seront des emplois précaires, en tout cas au vu des salaires pratiqués en général dans les super et/ou hypermarchés, beaucoup de travail à temps partiel, donc avec peu de possibilité pour se loger dans notre environnement proche en l’absence de logements ou à des prix locatifs inaccessibles.

– Quant à la circulation sur la RD912, déjà fortement perturbée par le stationnement « sauvage » le long du parking de la gare, il y a des choses à dire. Normalement en juillet 2017 sur cette RD912, en particulier le long du parking, il y aura une voie/piste piétonne et cyclable créée et financée par le conseil départemental entre le Drive Casino et Galluis au niveau du giratoire de la casse auto afin de rejoindre la voie douce qui existe actuellement sur la DR912 entre Galluis et La Queue. Or si le Département a prévu dans son budget cette dépense importante, la question est de savoir s’il va autoriser un accès sur cette même RD912 qui serait en opposition avec la notion de ruralité qu’il est en train de mettre en place et avec cet investissement.

La ruralité est un enjeu de demain et doit être intégrée dans une vision environnementale à long terme. Réfléchissons ensemble aux vrais besoins locaux et à un avenir commun.

78490 Méré

Marie Vermeersch

http://www.78actu.fr/un-leclerc-pour-quoi-faire_36809/

Les commentaires sont clos.