Réponses à la mairie

Quand nous avons appris fin janvier que le projet d’une surface commerciale était avancé, nous avons demandé en tant qu’habitants de Galluis, que la mairie communique dessus et qu’un débat soit organisé. Il nous a été répondu à ce moment-là qu’il s’agissait d’un dossier privé et qu’il n’y avait pas suffisamment à ce jour d’éléments concrets. Depuis, il y a eu plusieurs communications publiques de la mairie sur le projet et plus de 2000 signatures de Galluisiens et d’habitants des villages limitrophes obtenues sur le web et chez les commerçants (6343 au total). Parce que les élus de Galluis soutiennent ce projet, et que la mairie portera un vote favorable au nom des habitants de Galluis, nous avons donc réitéré notre demande de débat ou sondage début avril.  Nous avons de nouveau eu une réponse négative car il semblerait que maintenant il soit trop tard…
Nous souhaitions donc partager avec vous nos réponses ci-dessous aux arguments de la mairie.

La mairie : « un endroit où faire ses courses : à la fois proche, sans nuisances car situé à l’extérieur du cœur de village, et très pratique car se trouvant sur la route qui va à la gare. »

Notre avis : Nous avons déjà Simply Market, Carrefour contact, Casino pour les plus proches et les Intermarchés de Maulette ou Jouars à 10 minutes ! Sans compter tous les commerces des communes environnantes qui offrent un large choix…Par ailleurs, l’argument qui consiste à valoriser des activités  » à l’extérieur du cœur de village  » est justement pour nous contraire à ce qu’il faudrait faire. En effet,  à l’heure où tous les spécialistes s’accordent à dire qu’il faut « redensifier la ville » et éviter l’étalement dans l’espace, Galluis propose la création d’un centre commercial périphérique ! Or pour redonner vie à des villages qui deviennent des villages-dortoirs, il est nécessaire d’implanter des commerces de petite taille en centre-village. Le projet municipal de Halle couverte dans Galluis est en ce sens positif : mais imagine-t-elle à la fois attirer des commerçants en centre-village et installer un Leclerc en sortie de village ? L’un est-il compatible avec l’autre ?

La mairie : « de nouvelles boutiques proposant des offres de produits et services complémentaires ou enrichies par rapport à ce qui existe déjà à proximité »

Notre avis : Mais quelles sont ces boutiques qui nous manquent tant ?

La mairie : « la destruction d’une friche industrielle qui ne répond plus aux exigences environnementales  »

Notre avis : Actuellement cette friche ne représente aucun risque environnemental, la mairie se projette sur plus de 10 ans. Nous estimons que d’autres projets peuvent voir le jour d’ici là, car c’est une zone stratégique également pour les entreprises (ADECSY).

La mairie : « une requalification harmonieuse et maitrisée d’un site en désuétude  »

Notre avis : Nous sommes d’accord pour reconnaître que le site n’est pas esthétique, mais que dirons-nous quand nous aurons toutes les nuisances économiques et environnementales qu’aura causé le nouveau projet ?

La mairie : « …il agite des épouvantails pour faire croire à une possible extension démesurée d’activités commerciales destinées au public à Galluis, le long de l’axe de la RN12. »

Notre avis : L’urbanisation massive le long de la N12 s’arrête à Pontchartrain. Nous pensons qu’il est stratégique de conserver ce point de limite, sans quoi c’est toute la plaine de Pontchartrain jusqu’à La Queue lez Yvelines qui sera à terme transformée, comme cela s’est passé sur la N10. Nous nous demandons si la municipalité de Galluis a bien pris la mesure des enjeux. Force est de constater que de nombreux acteurs et élus interpellent dans le sens de la protection de cette zone.

Extrait des notes complémentaires (non réglementaires) de la charte du PNR :

  • Parmi ces ZAE validées, les projets liés aux activités de services aux entreprises seront privilégiés pour palier le retard du territoire.
  • Les projets devront être pertinents à l’intérieur d’un bassin économique. Ils éviteront les concurrences entre zones d’un même territoire. Ils rechercheront complémentarité et compétitivité territoriale : hébergement de jeunes entreprises (couveuses, pépinières, hôtels), rapprochements et regroupements d’entreprises, de prestataires, fournisseurs et sous- traitants, structuration de filières courtes, économiques et commerciales.
  • Les parcs d’activités à vocation strictement ou partiellement commerciale ne sont pas souhaitables, sauf réutilisation de bâtiments commerciaux désaffectés. Ces parcs correspondent à un modèle d’urbanisme commercial dépassé. Ils sont facteurs d’urbanisme exogène et d’asphyxie du tissu économique des centres-bourgs et s’opposent ainsi à deux points importants de la Charte (urbanisme endogène – maintien de commerces, artisanats et services pour des centres-bourgs vivants).

La mairie : « la création d’une centaine d’emplois localement »

Notre avis : Au détriment de quels emplois ? Certainement ceux de commerçants et d’employés des autres supermarchés…

La mairie : « …nous pourrions éventuellement bénéficier de mécénat pour préserver le patrimoine, notamment notre église, ou de lots pour la kermesse de l’école.»

Notre avis : Et une fois l’église rénovée ? Il restera le centre Leclerc…Comment penser que cette enseigne pourrait « préserver notre patrimoine » quand elle est capable d’exercer une pression sur le foncier par ailleurs ?

La mairie : «Et je ne vois pas pourquoi je m’y opposerais. Le projet est conforme à notre PLU. Si je refusais, Leclerc pourrait nous attaquer en justice.»

Notre avis : Nous ne demandons pas de refuser le permis de construire, simplement de voter contre le projet à la CDAC (voir ici notre article sur le sujet). Acte qui n’est pas attaquable en justice ! Et qui bloquerait le projet.

Enfin, nous remarquerons que la mairie ne fait aucune mention des agriculteurs, pourtant acteurs essentiels de notre territoire et opposés au projet.